Ne croire qu'en l'actualité

RUBBER
8 avril, 2012, 8:44
Classé dans : ART,CULTURE
Image de prévisualisation YouTube
Dans le désert californien, des spectateurs incrédules assistent aux aventures d’un pneu tueur et télépathe, mystérieusement attiré par une jolie jeune fille. Une enquête commence.

Regardez l’étrange objet que voilà ! Pensez donc, un pneu vivant, serial killer – et lover – qui réduit ses proies (lapin, corbeau, policiers…) en bouillie par la seule force de son frétillement. Le gore, ça éclabousse toujours un peu. Dupieux assume et explose des crânes comme dans un bon vieux Romero. Regardez le déroutant objet que voilà ! Les spectateurs sont bien là, en chair et en os, parqués dans le cadre, tels des avatars de nous-même scrutant avec gourmandise cette belle société du spectacle. En trois longs métrages (Nonfilm, Steak), Quentin Dupieux s’est imposé comme l’unique cinéaste situationniste de France et de Navarre, et ce bien que son obscur objet de désir ait été tourné dans les grands espaces américains, avec un simple (!) appareil photo. Rubber est peut-être son film le plus théorique, opérant – nous l’avons dit – une mise en abîme directe du spectaculaire, tout en développant à travers les exploits de cet être en caoutchouc, la science du no reason. Une science qui élève l’absurde au rang des beaux-arts et permet, en début et en fin de parcours, une tirade jouissive. Ce joyeux bordel est dangereusement rythmé aux sons électroniques et atmosphériques de Mr Oizo, alias Dupieux himself, et Gaspar Augé, la moitié de Justice. Courez voir l’objet intelligent que voilà ! Jouissif. 

Par (Studio Ciné Live)

Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

totalclash |
calvados14 |
mistercubi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chinchillamaskee
| redacmada
| lapetiteillustree